La peur du regard des autres : comment s’en défaire ? - Jenny Chammas

8 clés pour se détacher du jugement des autres

Dans une société hyperconnectée, il est facile de se sentir soumise à l’évaluation de nos pairs. Il suffit parfois d’un coup d’œil et le cerveau s’occupe du reste.

Tout à coup, nous avons peur du regard des autres.

Qu’il s’agisse de l’environnement professionnel ou de la sphère personnelle, notre crainte du jugement impacte profondément notre vie.

Ce qu’on peut penser de nous devient plus important que tout le reste.

Quels impacts la peur du jugement a-t-elle sur notre quotidien ? Comment déconstruire ce mécanisme pour s’épanouir pleinement telles que nous sommes ?

Je vous propose huit clés pour avancer vers plus de liberté et d’authenticité !

Pour écouter le podcast, c’est ici :

1. Évaluer précisément sa peur du regard des autres

Connaître son adversaire est la première clé pour s’en défaire. Par conséquent, il convient d’évaluer précisément notre peur du jugement.

Cela commence par plusieurs questions fondamentales.

Quel valeur accordez-vous à ce que pensent les autres ?

Notre entourage peut être très varié. Notre peur du regard des autres n’est pas forcément la même pour tout le monde.

Sur une échelle de 1 à 10, déterminez l’importance de celui des acteurs de votre vie. Par exemple :

  • Votre mère 
  • Votre belle-mère 
  • Votre boss 
  • Votre collègue 
  • Votre amie 
  • Votre prof 
  • Les femmes d’un groupe auquel vous appartenez 
  • Les gens sur Instagram 
  • Vos followers sur LinkedIn
  • Etc.

Cette première étape pose les bases et la seconde plonge au cœur du sujet.

Quelle importance accordez-vous à ce que vous croyez que pensent les autres ?

En effet, il existe souvent un fossé entre ce que nous imaginons et la réalité. Notre peur du regard des autres ne fait pas exception.

Se détacher de la peur du regard des autres

Continuons en tournant ensuite notre regard vers l’intérieur.

À quel point ce que croient les autres compte pour vous ?

Arrêtez-vous un instant et soyez honnête avec vous-même :

  • À quel point avez-vous besoin de plaire aux personnes qui vous entourent ?
  • Dans quelle mesure leur jugement sur vos actions est-il nécessaire ?
  • À quel point avez-vous besoin qu’ils soient d’accord avec vos opinions ?
  • À quel point avez-vous besoin qu’ils approuvent ce que vous pensez et ce que vous faites ?

Reprenez ici l’échelle de 1 à 10 et attribuez une note à chacune de ces questions. Vous pourrez ainsi déterminer quel aspect de votre peur du regard des autres prend le plus de place.

Communication : quel est votre maillon faible ?

Pour le savoir, remplissez ce formulaire : répondez à quelques questions, découvrez votre profil ainsi que nos conseils pratiques pour développer votre prise de parole.

2. Constater les effets de sa phobie du jugement sur son quotidien

Notre peur du regard des autres ne se contente pas de peser sur notre vie. Elle impacte aussi nos actions, parfois même sans que nous nous en rendions compte.

Chez la majorité des femmes que je rencontre, le regard des autres est un poids. Ce dernier est partie prenante de :

  • Leurs décisions
  • Leurs actions
  • Leur bien-être

Leur peur du regard des autres les influence au point qu’elles vivent une vie peu alignée avec leurs véritables aspirations. Elles ne font que satisfaire ce qu’elles pensent que les autres attendent d’elles, que ce soit la réalité ou non.

Si notre crainte du jugement est importante, alors nous faisons des choix orientés.

Nous agissons en fonction de ce que les autres pourraient penser de nos décisions. Nous disons des choses ou nous nous censurons de la même manière.

Nous n’exprimons pas qui nous sommes vraiment par peur de déclencher des avis négatifs. Ce comportement va même parfois jusqu’à déclencher une véritable crise de confiance.

Note importante

Soyons claires : il n’existe personne qui soit totalement indifférent au regard des autres. Nous sommes toutes sensibles au jugement d’au moins un individu dans notre entourage.

L’être humain ne peut survivre seul. Il est impossible de se détacher socialement de tout le monde.

Nous ne pouvons pas repousser tout contact pour éviter la peur du jugement.

Voici quelques exemples de personnes sujettes à la peur du jugement :

Celle qui se réveille stressée en pleine nuit parce qu’elle a potentiellement déplu à quelqu’un 

Celle qui n’ose pas dire ce qu’elle pense au risque de passer pour nulle, incompétente ou pas assez experte

Celle qu’on pourrait appeler people pleaser, vivant au gré de l’avis de son entourage

Si vous vous reconnaissez dans au moins l’une de ces descriptions, cet article est bel et bien fait pour vous !

3. Confronter sa peur du jugement des autres à son propre jugement sur soi

Ce que nous craignons qu’on pense de nous est probablement quelque chose que nous pensons déjà de nous-mêmes.

Derrière cette phrase un peu alambiquée se cache une vérité inconditionnelle : nous projetons nos propres peurs. Par conséquent, notre peur du regard des autres est surtout un indicateur.

Si vous redoutez que quelqu’un vous trouve incompétente, retournez le problème. Vous trouvez-vous vous-même à la hauteur des tâches qui vous sont confiées ?

Tel un miroir, le jugement des autres est souvent le reflet de notre jugement sur nous-même.

4. Choisir la bienveillance dans le regard de notre entourage

Comme dit plus haut, il y a souvent un fossé entre ce que nous croyons percevoir et la réalité. Le regard des autres est un concept.

Nous ne savons pas ce que pensent véritablement les gens qui nous entourent.

Le seul moyen d’y parvenir est d’avoir une discussion sincère avec quelqu’un.

Quelle est dont l’utilité d’imaginer le pire ?

Il s’agit généralement d’un mécanisme un peu pervers de notre cerveau pour nous protéger. Cependant, c’est parfois très loin de la réalité.

Qu’est-ce qui nous empêche donc de faire l’inverse ?

Pourquoi ne pas plutôt imaginer le meilleur dans les yeux de nos fréquentations ? Ou simplement décider que nous sommes ignorantes en la matière ? Nous n’avons pas forcément besoin de tout savoir.

5. Comprendre que le cerveau humain ne cessera jamais de juger

Chaque personne a une opinion sur celles et ceux qui l’entourent. En effet, notre cerveau est une machine à évaluer. Chaque instant, il traite les millions d’informations qui lui parviennent à l’esprit et dirige nos pensées.

Quoi que nous fassions ou disions, les autres porteront toujours un jugement sur nous.

De la même manière, nous évaluerons toujours leurs actions.

Peur du jugement des autres : que faire ?

Pourquoi gâcher son énergie à éviter l’inévitable ?

Pourquoi se faire petite ou se conformer à quelque chose qui ne nous convient pas par simple peur du regard des autres ?

6. Arrêter de vouloir contrôler ce que pensent les autres

Nous ne contrôlons pas ce que pensent les autres. Ce ne sont pas nos actions qui génèrent leur jugement, mais leur propre filtre de pensées.

En tant que maman, je laisse parfois mes enfants aux bons soins d’une nounou lorsque je sors le soir.

Certaines personnes pourraient penser que c’est une hérésie. Ils pourraient juger que c’est dangereux de laisser ses enfants à quelqu’un d’autre que la famille. Ils pourraient me voir comme une mauvaise mère qui privilégie sa vie sociale au bien-être de ses petits.

De mon côté, je vois ces moments comme une double opportunité :

L’opportunité pour mes enfants de passer du temps avec un jeune adulte et de pouvoir jouer avec lui

L’opportunité pour moi de pouvoir sortir de temps en temps pour mieux les retrouver par la suite

De plus, ce n’est pas en me réfrénant sur mes envies de sorties que les autres vont penser que c’est bien de prendre une baby-sitter !

Ce que pensent les autres n’a rien à voir avec notre comportement, mais a tout à voir avec :

  • Leur éducation
  • Leur expérience
  • Leurs propres peurs
  • Etc.

Le regard des autres ne dit rien de vous, mais dit tout d’eux.

C’est là une leçon fondamentale pour notre épanouissement personnel !

7. Accepter de ne pas plaire à tout le monde

Le besoin de plaire aux autres peut prendre une grande place dans notre vie. Cependant, il est impossible de satisfaire tous ceux qui nous entourent. Le cercle est trop grand :

  • Famille
  • Amis
  • Collègues
  • Voisins
  • Followers
  • Etc.

C’est normal de déplaire. C’est même inévitable.

Ce qui est important, c’est de se plaire à soi.

C’est de sentir que nous sommes au contact des bonnes personnes. Celles qui apprécient qui nous sommes vraiment.

Choisissez vos fréquentations et fuyez celles et ceux qui vous jugent sans cesse de manière négative. Automatiquement, cela réduira votre peur du regard des autres. Apprenez à mettre de la distance entre vous et les commentaires désobligeants.

Se libérer du regard des autres

Comprenez que les critiques ne révèlent rien de vous.

Elles sont toujours liées à celui qui les émet, surtout si c’est quelque chose d’habituel chez cette personne. Elles ne doivent en aucun cas être un poids pour vous.

8. Voir sa crainte du regard des autres comme un apprentissage personnel

Le jugement de notre entourage ainsi que notre rapport à celui-ci sont de fabuleux professeurs.

Notre peur du regard des autres nous en apprend plus sur :

  • Nos peurs
  • Nos critiques
  • Notre regard sur nous-mêmes

C’est un formidable terreau pour cultiver notre amour-propre. Il nous aide aussi à nous affranchir de l’opinion des autres afin de nous forger notre avis personnel.

Il nous sert à nous détacher de ce qui ne nous correspond plus et à prendre confiance en ses capacités de leader.

Il nous conduit à embrasser celle que nous voulons être. Celle que nous souhaitons incarner.

Pour ces prochains jours, je vous invite à l’observation :

Quel rapport entretenez-vous au regard des autres ?

Au regard de qui accordez-vous une importance particulière ?

Comment vous sentez-vous face à cette situation ?

À qui essayez-vous de plaire à tout prix et pourquoi ?

Est-ce l’enfant ou l’adulte en vous qui craint le jugement de votre entourage ?

Quoi qu’il en soit, accueillez chaque réponse avec bienveillance. Notre rapport au monde est unique.

La clé de notre victoire contre notre peur du regard des autres réside dans la prise de recul. Reconnaître son influence dans notre vie nous offre l’opportunité de nous en libérer petit à petit. C’est une des premières pierres sur le chemin de l’authenticité !

Vous souhaitez vous affranchir de vos limites pour vous incarner pleinement sans souffrir du jugement ? Rejoignez dès aujourd’hui notre programme Leaders Ambitieuses et choisissez la voie de l’émancipation !

Prête à découvrir ce qui vous manque pour réveiller l’oratrice qui sommeille en vous ?

Inscrivez-vous pour commencer le quiz !

👇

Cités dans cet épisode

Prête à trouver et adopter votre propre routine pour créer votre équilibre ? Rejoignez notre Challenge équilibre de 21 jours offert en cliquant ici.

***
C’est nouveau et c’est pour bientôt ! Deux jeudis par mois, dans un format court et efficace, je traiterai vos interrogations sur mon podcast Femme Ambitieuse, avec le prisme du coaching.
 
Leadership au féminin, équilibre pro-perso, état d’esprit, gestion de vos émotions, laissez-moi un message vocal de 90 secondes maximum avec votre question et découvrez ma réponse dans un court épisode, façon “speed coaching”. Cliquez ici pour me poser votre question !
***
Vous représentez une entreprise et souhaitez développer le leadership de vos talents féminins ? : cliquez ici.
 
***
réalisé par Arnaud S. | musique-imaginaire.com

VOUS AVEZ AIMé cet episode ?

Ne ratez pas le prochain. Abonnez-vous au podcast sur la plateforme de votre choix.