Sans titre

Le premier podcast français sur le leadership, pour les femmes qui veulent franchir une étape décisive dans leur carrière.

Retrouvez-moi tous les mardis pour un nouvel épisode.

Il y a tant de façons d’être leader. Il y a potentiellement autant de styles de leadership que de femmes sur cette terre. J’ai pensé cet épisode pour vous aider, vous les femmes en quête de (plus de) leadership, à vous connecter à vous-mêmes. Pour vous aider à faire émerger la petite graine du leadership qui s’exprime déjà sûrement en vous et qui ne demande qu’à pousser et s’épanouir en une grande plante verte et luxuriante. 

Je sais que nombreuses d’entre vous pensent régulièrement : “j’ai peur, je ne sais pas faire, je ne sais pas si cela va plaire, je ne sais pas si c’est possible, je doute.” Nombreuses d’entre vous aimeraient oser affirmer leur leadership, oser porter leurs idées, oser dire. S’il n’y a pas de formule magique, vous avez beaucoup plus de ressources que vous ne le pensez pour sauter le pas. Découvrez tous mes conseils pour OSER.

La comparaison résulte d’un mécanisme cognitif naturel, et pourtant il suffit de peu pour que notre cerveau l’utilise à notre désavantage en faisant entrer la dépréciation dans le processus. Dans cet épisode, je vous enseigne pourquoi la comparaison-dépréciation vous dessert, comment reprendre les manettes de votre état d’esprit, et comment faire de la comparaison un outil pour vous développer.

Catherine une femme aux multiples talents et casquettes. Son dernier petit bijou en date, c’est le média L’optimisme.com qu’elle a créé en 2017. Cet “agrégateur de contenus positifs” donne à voir le monde autrement. Il nous montre que l’optimisme est véritablement un choix et non un état d’esprit inné. J’ai passé l’heure entière d’interview le sourire collé à mes lèvres. L’optimisme est contagieux, et je vous souhaite de l’attraper en vol pour bien démarrer 2021.

Les circonstances globales de 2020 sont les mêmes pour nous toutes, et autant se le dire franchement, elles sont assez défavorables. Et pourtant, en éternelle optimiste, j’ai souhaité mettre en lumière le positif que nous pouvons en retirer. Avec ces 5 enseignements positifs que je retiens de mon année, j’espère vous inspirer, vous faire cultiver cet état d’esprit pour vous-même. Celui qui me permet de rester positive, alignée, sereine, de voir les opportunités plutôt que les blocages. Celui qui permet aussi de voir les moments difficiles comme des accélérateurs de changement, des boosters de développement.

J’ai reçu de multiples questions pour cet épisode spécial de fin d’année. Je les ai trouvées très intéressantes dans leur diversité et pour ce qu’elles m’apprennent de vous. J’ai adoré enregistrer cet épisode, dans lequel je vous dévoile des conseils très concrets, mais aussi des astuces plus personnelles. Sans vouloir vous dévoiler tout l’épisode, je peux déjà vous dire que j’y parle de relations amoureuses, de rebondir après un projet épuisant, de prise de parole en public, de déconnexion et de détermination.

Ce n’est pas pour rien que l’on entend de plus en plus parler de sororité. Le terme est en vogue, et pour cause. Il reflète la volonté des femmes de se mettre en marche vers plus d’entraide, sur le chemin de l’égalité des genres. Et pourtant, la mise en pratique fait encore défaut chez beaucoup de femmes leaders. Dans cet épisode, je vous expose les raisons factuelles et émotionnelles de ce manque d’entraide, puis développe en quoi la sororité donne FORCE et IMPACT aux femmes leaders qui la mettent en place. 

Soyez rassurée si vous faites parties des femmes qui ruminent au sujet du télétravail : il est naturel de résister au changement. Et puis le télétravail, quand il n’est pas choisi, n’est pas forcément une partie de plaisir. Et si vous choisissiez justement de prendre le sujet à bras le corps et de ne plus le subir ? Cette semaine, je vous suggère quelques pensées intentionnelles qui pourront vous servir, au détriment des pensées qui vous desservent aujourd’hui. J’y développe les 3 grandes erreurs à éviter en télétravail et comment appréhender ces sujets autrement : l’isolement, la pensée que les collaborateurs se débrouillent seuls, et le manque de planification.

Diana Brondel est fondatrice et dirigeante de la néo-banque et plateforme d’éducation financière à destination des adolescents Xaalys. La détermination et le talent de Diana sont inspirants. Je me réjouis d’avoir tendu le micro à Diana pour qu’elle raconte son impressionnant parcours dans la banque, l’entrepreneuriat et la maternité. Elle a eu le courage de dire sincèrement la réalité d’être une femme noire qui entreprend en France dans la Fin tech. Découvrez une femme ambitieuse aux multiples casquettes.

Si vous redoutez de faire de la politique au travail, c’est très certainement parce que parler de « politique » en entreprise est souvent péjoratif. Vous pouvez aussi vous dire que vous n’avez pas les épaules, ou que vous ne souhaitez pas vous « abaisser » à cela. Pourtant, il est essentiel d’être politique au travail quand on est une leader. Que l’on soit à un poste de direction, de management ou que l’on soit entrepreneure. Je vous donne les 4 grandes raisons d’être politique au travail, et les 6 compétences à développer pour y arriver.

Si vous vous reconnaissez dans le syndrome de la bonne élève, c’est probablement que vous avez démarré votre carrière sur des chapeaux de roue. Car vous êtes impliquée, fiable, vous produisez des résultats. Mais plus vous avancez dans votre carrière et dans le leadership, plus cela vous limite. Quand vous ne savez pas comment faire, quand vous ne recevez pas de feedback positif :  vous doutez, vous stressez. Ce syndrome entrave l’exercice complet de votre leadership. Chère leader, laissez-moi vous expliquer pourquoi et comment se défaire de ce vilain syndrome.

Si vous managez une équipe ou un business, votre objectif est d’emmener vers, de porter des idées, un projet, un produit, une vision. En somme, votre objectif est de leader. Pourtant, parfois les managers peinent à incarner leur leadership ! Et c’est précisément vers cela que je souhaite vous amener avec mon podcast Femme Ambitieuse, tout particulièrement avec l’épisode de cette semaine. Découvrez les 3 grandes différence entre un leader et un manager pour gagner en leadership.

Au-delà de la qualité de ses textes, c’est le parcours singulier de Hadia qui m’a interpellée. Un profil qui ne ressemble à aucun autre, puisqu’elle allie son métier de chirurgien-dentiste – un métier de soins qui la passionne -, et son activité d’écriture qui lui permet d’accueillir ses émotions avec résilience. Je l’ai questionnée sur son parcours, ses choix, sa vision du travail et de la maternité.

Vous êtes du genre bonnes résolutions, cela marche un temps et puis retombe comme un soufflé ? Au début, vous êtes surmotivée… mais vous arrêtez au bout d’un moment car c’est trop dur. C’est normal, notre cerveau reptilien n’aime pas les grands changements. J’ai la solution pour vous, je l’ai modélisée et conceptualisée aux petits oignons : c’est le Minimum Syndical d’Action, ou la méthode des petits pas.

Votre idéal n’est pas réel pas puisque la réalité est dans le présent, et le présent, quelles que soient les circonstances, c’est toujours du 50% positif et du 50% négatif. Évidemment, on peut viser le mieux mais cette quête devient problématique lorsqu’elle tourne à l’obsession. Même si le présent n’est pas parfait, il nous permet de ressentir de VIVRE, de jouir de la vie. Découvrez dans cet épisode mes 5 enseignements pour apprendre à profiter pleinement du présent.

SI vous pensez que l’atteinte de votre idéal sera la réponse à l’inconfort que vous ressentez (le stress, le débordement, la frustration, etc.), qu’en changeant vos circonstances de vie, vous vous sentirez plus heureuse, alors écoutez cet épisode. Ce que j’y enseigne va vous surprendre. Votre idéal n’EXISTE PAS ! Le fait de le comprendre et de l’accepter est extrêmement libérateur. 

Insaff est une femme ambitieuse qui FONCE, et qui s’est donné pour mission “d’empouvoirer” les femmes. Elle m’a raconté à coeur ouvert son parcours, ses convictions, ses blessures. Aujourd’hui, sa passion et son combat est d’aider les femmes à acquérir l’état d’esprit et la compétence de la négociation.

Loin de moi l’idée de fustiger l’impatience : c’est aussi cette facette qui m’a permis d’avoir une belle carrière jeune, et d’entreprendre tôt. Il n’empêche : l’impatience est souvent motivée par de mauvaises raisons. Ce n’est pas pour rien que patience rime avec confiance et présence. C’est en réalité un état d’esprit nécessaire à l’atteinte de vos objectifs.