Comment lâcher prise au travail ? - Jenny Chammas

5 conseils pour lâcher prise au travail et profiter davantage

Qui ne s’est jamais dit qu’il aimerait vraiment enfin parvenir à lâcher prise ? Et qui ne s’est jamais entendu dire : « Mais enfin, lâche prise avec ça… » ?

Comme si c’était si simple !

Or, le sujet peut être particulièrement délicat dans le monde professionnel, où les enjeux et la pression sont importants. On n’y parvient jamais totalement, malgré toutes nos tentatives, et on retombe sans cesse dans certains schémas mentaux.

Alors, comment faire pour lâcher prise au travail ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que ça veut dire, au fond ?

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir que les choses sont peut-être moins compliquées qu’elles ne paraissent !

Pour écouter le podcast, c’est ici :

Qu’est-ce que le lâcher prise ?

Le lâcher prise, c’est tout simplement se détacher de ce à quoi on s’accroche.

C’est arrêter de s’attacher à quelque chose ou quelqu’un en particulier : arrêter de le rendre responsable de nos émotions.

C’est par exemple accepter que les choses ne se passent pas comme prévu ou comme on l’aurait souhaité. C’est cesser d’accorder de l’intensité émotionnelle à une situation en particulier.

Si je me retourne sur mon passé, je remarque que j’ai toujours accordé beaucoup d’importance au sentiment d’être en maîtrise des situations.

Si une sortie prévue en avance était finalement annulée ou modifiée, je me sentais perturbée. Parce que ça ne se passait pas comme je l’avais projeté.

J’ai longtemps été comme ça, aussi loin que je me souvienne dans mon enfance.

Le coaching m’a amenée à lâcher prise sur ces sujets : un plan change, je m’adapte. Je me dis que c’est sans doute pour le mieux, qu’il y a une bonne raison. Et je m’attache à observer ce qui me convient dans cette situation.

Un dîner entre amies est annulé ? Chouette ! Je vais prendre un bain et lire un bon bouquin.

Lâcher prise au travail, c’est pareil : si un contrat tombe à l’eau, je me dis que cette collaboration n’était sans doute pas alignée et qu’autre chose se présentera.

Lâcher prise, c’est ne pas rester sur une situation en particulier. Ne pas attacher d’importance à ce qui va se produire, notamment pour tout ce qu’on ne contrôle pas.

Car on n’y peut rien si une amie annule un dîner ou si une entreprise décide de ne pas investir de budget là où on l’espérait.

C’est ça le lâcher prise : cesser de s’attacher émotionnellement à une situation, une décision, un changement.

Découvrez notre guide des 10 compétences à développer
pour réussir sans s'épuiser !


Remplissez ce formulaire pour le télécharger gratuitement.

Pourquoi a-t-on besoin de lâcher prise dans le cadre professionnel ?

Le lâcher prise au travail est porteur de nombreux bénéfices pour notre quotidien professionnel et personnel.

Lâcher prise pour préserver son énergie

En apprenant à lâcher prise, on peut se concentrer sur ce qui compte vraiment : son bien-être, sa carrière, etc.

Lâcher prise permet une grande libération émotionnelle !

Car un attachement émotionnel intense est extrêmement fatiguant. Surtout quand on s’attache à quelque chose ou à quelqu’un sur lequel on n’a aucun contrôle.

On ne peut rien y faire, pourtant on s’attache follement à une situation, comme si son bien-être et son bonheur en dépendait.

Comment lâcher prise au travail ?

Bien sûr, il y a des situations plus simples que d’autres pour lâcher prise.

Quand les enjeux sont faibles, quand la situation n’a pas vraiment d’importance, cela nous semble plus accessible que dans un cas qui nous touche davantage.

Mais finalement, il n’est jamais utile d’attacher à tout prix son bien-être à la seule résolution d’une situation.

Lâcher prise pour s’épanouir au travail

Je vois beaucoup de femmes ne pas s’autoriser à être épanouie dans leur travail tant qu’une situation désagréable dure.

Tant que telle personne est dans leur équipe, tant qu’elles ont une si grosse charge de travail…

Mais, à l’horizon, le changement n’arrive pas. Et elles non plus n’envisagent pas le changement.

Alors elles continuent, stressées, accablées, débordées… Pourtant, lâcher prise permettrait de trouver la voie d’un épanouissement durable au travail !

Lâcher prise pour se libérer du poids de la perfection

Souvent, les femmes au travail ont également cette volonté farouche de tout faire parfaitement, sans s’accorder ni répit ni satisfaction tant que tout n’est pas accompli… Vous connaissez peut-être le syndrome de la bonne élève ?

L’attachement à cette perfection et cette réussite est une course sans fin.

C’est une quête infinie ! D’une part parce que, en étant perfectionniste, on peine à reconnaître que ce qu’on fait est vraiment bien et qu’on réussit.

D’autre part, parce que la vie est un chemin : si on s’attache uniquement au résultat, on ne peut pas se sentir bien.

Lors des premières années de mon entreprise, j’attachais une importance capitale à l’atteinte de mes objectifs de chiffre d’affaires.

Je fixais des objectifs très ambitieux et je ne les atteignais pas : je me sentais malheureuse, je me sentais nulle et je ramais sans cesse pour faire mieux. Je n’arrivais pas à lâcher prise sur les chiffres. S’en était presque maladif !

Puis, un jour, avec une aide extérieure, j’ai compris que ce que je construisais était beau et solide. Cela fonctionnait très bien, même si je n’atteignais pas les objectifs que je me fixais en début d’année au doigt mouillé.

J’ai appris à me détacher de ces objectifs et à me concentrer sur la valeur que je créais, sur mon impact.

Bien sûr, j’ai continué à suivre les chiffres pour m’assurer de la bonne santé de mon entreprise. Mais depuis que j’ai lâché prise sur l’atteinte des objectifs, je me sens beaucoup plus épanouie. Je pense aussi que cela me rend plus créative et audacieuse dans mes choix entrepreneuriaux.

Lâcher prise pour s’ancrer dans le présent

Lâcher prise c’est se délester de beaucoup de poids, d’injonctions et d’émotions lourdes.

C’est se libérer du passé et du futur pour vivre au présent, avec ce que la vie a à nous offrir. C’est simplement s’ancrer dans l’instant pour le ressentir pleinement.

En lâchant prise, on accepte de traverser des hauts et des très hauts, comme des bas et des très bas. Et on sait que tout passe.

Comment lâcher prise au travail ?

Alors, comment faire pour lâcher prise au travail et mieux profiter de ce que la vie nous réserve ?

Je vous propose les 5 conseils que j’aurais aimé recevoir quand je restais bloquée sur mes objectifs de chiffre d’affaires.

1. Accueillir ce qui est

Le lâcher prise, c’est accueillir et accepter ce qui est.

C’est accueillir la réalité telle qu’elle est, sans jugement. Observer ce qui est d’un point de vue extérieur.

Alors soyons clair : ce n’est pas facile !

En tant qu’être humain, nous sommes conditionnés pour évaluer, comparer, avoir une opinion et tout un tas de pensées. C’est ce qui créé nos émotions.

Mais avant les pensées et les émotions, il y a simplement ce qui se passe, ce qui est : les circonstances. Et vous avez le choix de les accueillir.

Apprendre à lâcher prise et profiter de la vie

Par exemple :

Je reçois un mail de mon collaborateur m’annonçant qu’il est en arrêt pour deux semaines.

Accueillir, c’est lire, observer, prendre conscience, respirer. Et puis, dans un second temps, s’organiser.

Mettre de l’intensité émotionnelle dans cette situation serait de juger et de se raconter des histoires :

C’est une catastrophe.

Il est ENCORE en arrêt.

J’ai trop de travail.

Je ne vais pas m’en sortir.

C’est impossible de recruter pour ce poste.

Etc.

Avec ces pensées, on ressent du stress, de la colère, de la frustration, du découragement. On se met dans une posture où l’on rumine, ressasse et où on a du mal à prendre du recul sur la situation.

Accueillir, c’est se délester de tout jugement sur la situation, sur les faits. C’est prendre en compte ces faits-là comme une simple donnée.

2. Se connecter à son corps

Parfois, les choses vont trop vite. On n’a pas le temps de mentaliser ce qui se passe, on ressent déjà de nombreuses émotions inconfortables.

C’est OK ! C’est normal : nous avons été habitués à réagir depuis très longtemps de cette façon.

Dans ce cas, on doit se connecter aux sensations que l’on ressent. Il est utile de prendre un moment de pause, de poser les 2 pieds au sol et de respirer profondément en inspirant par le nez et en expirant par la bouche.

On se concentre sur ce qui se passe dans son corps :

Que ressentez-vous ?

Où se logent physiquement les émotions ?

Quelles sont les sensations ?

Par exemple : le ventre qui se noue, les épaules tendues, la gorge serrée…

Il faut respirer dans ces tensions et ces sensations. Accepter qu’elles soient là et respirer à l’intérieur :

C’est simplement une émotion et elle va passer.

On a le droit de ne pas entrer dans la danse de l’attachement à la situation et de lâcher prise sur ce qui n’est pas entre nos mains.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous suggère cet article sur comment bien vivre ses émotions au travail. Le yoga peut aussi être une pratique très utile pour le lâcher prise, notamment quand on entre sur son tapis avec cette intention.

3. S’imprégner de phrases puissantes

Dans la majorité des cas, c’est notre façon d’aborder une situation qui permet un profond lâcher prise. Je vous partage donc ma technique : il s’agit de se demander ce qu’il y a POUR MOI dans cette situation.

En quoi cette situation est PARFAITE pour moi ?

Que puis-je en tirer ?

Personnellement, je me pose très souvent ces questions. Cela me permet de relativiser, de ne pas accorder trop d’importance à ce qui se passe et qui est en dehors de mon contrôle.

Voici les pensées puissantes que j’utilise et que je vous propose :

C’est sans doute pour le mieux.

Il y a forcément quelque chose de positif dans tout cela.

Ah, c’est super pour moi : à la place je vais…

Ce n’était sans doute pas assez aligné.

Rappelle-toi que tout passe.

Ça ira mieux demain.

Après les bas, il y a les hauts.

Note importante

Il y a des situations où vous n’aurez pas envie de faire cet exercice et c’est OK. Il est évident que dans certaines situations telles que la perte d’un être cher, une maladie grave ou des cas de violence, on n’a pas envie d’aborder les choses de cette manière.

C’est OK : ce n’est pas une injonction. Parfois, ça ne peut tout simplement pas fonctionner.

4. Adopter le point de vue des autres

Je trouve parfois très puissant de discuter avec des personnes qui abordent les choses de manière totalement différente de soi.

Quand on a du mal à lâcher prise sur quelque chose, il peut être très rafraîchissant d’écouter le point de vue de quelqu’un qui n’accorde pas la même importance à ce sujet.

Lâcher prise au travail en en parlant

On peut en discuter avec des amis ou des proches dont on sait qu’ils ont une autre façon d’aborder ce genre de situation.

On peut aussi écouter des podcasts sur les sujets où l’on sent qu’on a besoin de prendre du recul.

Sortir de sa vision habituelle permet d’ouvrir ses angles morts. Cela ouvre des portes vers de nouvelles idées et approches dont on peut s’inspirer pour parvenir à lâcher prise.

5. Se faire coacher pour lâcher prise

Vous ne serez sans doute pas surprise d’apprendre que l’un des outils que je trouve le plus puissant pour lâcher prise, c’est le coaching !

Avec un coach :

On explore les faits et les pensées. Ce qui est de l’ordre de la circonstance et ce qui est de l’ordre du drame.

On explore les émotions et pourquoi elles sont là.

On se pose les bonnes questions.

On remet en question ce qui ne nous sert pas pour trouver d’autres angles de vue.

Personnellement, c’est ce qui m’a permis de découvrir le lâcher prise. J’ai pu distinguer plus rapidement ce qui est en mon contrôle et ce qui ne l’est pas, et apprendre à lâcher ce qui n’est pas entre mes mains.

Croyez-moi, c’est un vrai cadeau !

Au travail, le coaching m’a permis d’accueillir :

  • Des situations difficiles
  • Des lancements qui n’ont pas marché
  • Des collaboratrices qui ont souhaité partir
  • Des partenariats qui n’ont pas fonctionné
  • Etc.

Même si, parfois, les émotions s’expriment, le lâcher prise permet de rebondir.

Cela m’a aussi permis d’aborder ce que je peux contrôler avec une énergie de leadership et me sentir davantage aux manettes.

Parfois, c’est immédiat.

D’autres fois, plus difficiles, je dois m’y reprendre régulièrement pour dépasser mes premiers ressentis. Mais je sais que j’ai pour moi ces outils puissants d’autocoaching et de coaching pour lâcher prise sur les situations auxquelles je ne veux pas m’attacher.

Apprendre à lâcher prise au travail grâce au coaching, c’est possible pour vous aussi !

Dans notre programme Leaders Ambitieuses, nous vous enseignons notamment l’autocoaching pour prendre du recul sur chaque situation en autonomie. Et nous vous coachons quand, certaines fois, il est trop dur de prendre de la distance seule.

Vous souhaitez vous délester de ce qui vous pèse ? Nous vous attendons 🙂

Devenez la leader que vous avez toujours rêvé d’incarner !

Téléchargez le guide gratuit des 10 compétences à développer pour réussir sans s’épuiser.

👇

Cités dans cet épisode

Si vous souhaitez être tenue informée en avant-première des prochains événements autour de la pratique du yoga que j’animerai, renseignez votre adresse email ici.

 
***
Prête à découvrir ce qui vous manque pour réveiller l’oratrice qui sommeille en vous ? Inscrivez-vous pour commencer notre Quiz communication “Quel est votre maillon faible ?” (100% gratuit). C’est un moyen ludique et instructif de mieux comprendre vos atouts et vos axes d’amélioration.
Cliquez ici pour le faire tout de suite.
 
***
Vous représentez une entreprise et souhaitez développer le leadership de vos talents féminins ? : cliquez ici.
 
***
réalisé par Arnaud S. | musique-imaginaire.com

VOUS AVEZ AIMé cet episode ?

Ne ratez pas le prochain. Abonnez-vous au podcast sur la plateforme de votre choix.